11/28/2011 19:26

Dernière nuit en mer pour Groupama 4

Category: France

A moins de 250 milles de l'arrivée, Groupama 4 est encore englué dans une faible brise qui devait se lever ce lundi après-midi, pour un final rectiligne vers Cape Town où Franck Cammas et son équipage sont attendus mardi matin.

« On navigue dans de petits airs depuis ce matin, mais on doit en sortir cet après-midi pour finir sur la dernière ligne droite vers Cape Town qui s'annonce rapide. Forcément on est un peu fatigué de cette fin de première étape mais tout le monde est en forme. Groupama 4 est en parfait état : il n'y a eu que la première nuit en Méditerranée où on a dû monter dans le mât pour régler un petit souci technique. Il n'y a eu aucune mauvaise surprise et on a toujours mené Groupama 4 à 100%, même ces derniers jours dans le front où ça allait vite ! » précisait Franck Cammas à la visioconférence de ce lundi midi.
Pas de déception


Le skipper français en a profité pour revenir sur les temps forts de cette grande étape de 6 500 milles entre Alicante et Cape Town. Une étape très longue, à cause des brises faibles à modérées sur presque tout le parcours. Le voilier français devrait mettre un peu plus de 23 jours et demi pour finir en Afrique du Sud.

« Cette première étape a été un peu spéciale pour nous, à cause de notre option solitaire le longs des côtes marocaines. On regrette de ne pas avoir été au contact car nous avons navigué en mode « record », en essayant de gagner des milles pour rattraper nos concurrents. On est toujours resté dans une situation décalée par rapport à eux et ce n'était pas une ambiance de course comme on s'y attendait... Mais nous avons appris beaucoup de choses sur le comportement de Groupama 4. On a hâte de se confronter avec les cinq autres bateaux au départ de Cape Town ! »

« Il n'y a pas trop de déception puisque d'un point de vue comptable, la place de troisième est un bon résultat : il y en a d'autres qui sont moins bien lotis que nous. C'est une déception dans la mesure où la fin de parcours ne nous a pas permis de revenir sur les leaders, et même nous a empêché d'être dans le même système météo. On était à une dizaine d'heures de Camper il y a trois jours et maintenant, on va arriver avec deux jours d'écart... »
Toujours le même rythme


« Nous n'avons pas changé notre manière de naviguer même si les deux premiers sont déjà arrivés : on essaye d'en finir au plus vite parce que l'escale sera courte. Mais on veut surtout terminer avec un bateau en parfait état sans prendre de risques inconsidérés. On a hâte de traverser cette dorsale qui nous ralentit mais tout le monde prend son mal en patience. Nous devrions être à Cape Town mardi matin : cela va dépendre de notre sortie des petits airs... Et là, on est retombé dans une molle ! On attend du vent d'Est et on voit une bande de nuages devant nous. »

« Des options, bonnes ou mauvaises, on en prendra encore : là, ça n'a pas marché mais on pensait que tout le monde suivrait le même chemin. On s'est trompé, mais on ne peut pas savoir ce que décident les autres concurrents à l'instant du choix... Après, on ne peut plus changer de stratégie ! On sait que le bateau qui arrive en tête de la première étape a tous les atouts pour la suite de la course, mais toute règle a des exceptions. En tous cas, bravo les Espagnols ! Nous avons quasiment le même bateau, très performant aux allures débridées. Camper semble un bon voilier de près et probablement de vent arrière. On attend de voir Abu Dhabi qui est un bateau intéressant. Il faudra donc surveiller les néo-Zélandais dans les phases contre le vent et dans le petit temps, mais la flotte est tout de même très homogène : ce n'est pas que sur la vitesse intrinsèque des voiliers qu'on peut gagner cette course autour du monde. »
Petit break africain


A peine arrivé à Cape Town, le bateau sera entièrement vérifié et les onze hommes d'équipage n'auront que quelques jours pour souffler et reprendre des forces puisque la régate « in-port » est programmée le samedi 10 décembre et le départ de la deuxième étape vers Abu Dhabi, le dimanche 11 décembre...

« Nous n'aurons que quatre jours de « congés » à Cape Town : nous allons en profiter pour visiter l'Afrique du Sud et ses réserves naturelles. Mais, dès lundi prochain, nous serons à la base technique après le check-up complet du bateau pour recommencer à naviguer et pour se préparer à la régate « In-Port ». En attendant l'arrivée, on va aérer le bateau car c'est l'été et ca sent fort... On aperçoit des poissons volants et la température de l'eau est passée de 9°C à 18°C en à peine une journée... »

Position des concurrents de la Volvo Ocean Race sur la première étape Alicante - Cape Town à 1400 UTC (15h00 heure française) le 28/11/2011

1. Telefonica arrive à Cape Town samedi 26 novembre à 18h14m25s UTC
2. Camper arrivé à Cape Town dimanche 27 novembre à 10h48m04s UTC
3. Groupama - à 255,7 milles de l'arrivée
Puma - abandon
Abu Dhabi - abandon
Team Sanya - abandon


Un projet de communication pour accompagner l'internationalisation du groupe.
Depuis plus de 14 ans, Groupama a choisi le sponsoring voile comme levier d'action pour accompagner sa politique de services auprès de ses clients. Parmi les leaders de l'assurance en France et 15ème assureur en Europe, le Groupe réalise 17,6 Mds d'euros de chiffres d'affaires (2010). Implanté dans 14 pays, le Groupe compte 38 500 salariés, dont 11 000 à l'international où il réalise 30% de son chiffre d'affaire. L'engagement dans un projet sportif plus international doit accompagner la construction d'un groupe européen d'assurance et de banque bâtisseur, humaniste et durable.