07/11/2012 08:52

Journée cruciale

Category: France

C’est une journée cruciale qui s’avance pour Yann Guichard et les hommes de Spindrift racing. La cavalcade étourdissante en tête de la Krys Ocean Race se poursuit sur un rythme toujours aussi immuablement ébouriffant, et le grand MOD70 blanc et noir a de nouveau cette nuit fait de l’exceptionnel son quotidien, avec des moyennes de près de 30 nœuds toute la nuit, une distance au but ramenée au terme de seulement 4 jours de course à 880 milles, et une avance sur son duo de poursuivants acharnés et qui luttent de tout leur cœur à armes égales (rappelons le !), portée ce matin à 68 milles, soit un gain de plus de 10 milles durant la nuit sur une trajectoire désormais identique vers la pointe occidentale de la Cornouaille anglaise et les îles Scilly.
Ce mercredi revêt cependant une importance particulière dans cette « monotonie de l’exploit ». A l’approche d’une dorsale anticyclonique et sa barrière de zone déventée, les concurrents voient le vent prendre de plus en plus d’ouest et tourner sur l’arrière du trimaran. Un empannage, le premier de cette insensée chevauchée depuis New York, va devoir être déclenché. De son opportunisme dépend le nouvel angle au vent qui va conditionner la vitesse du sprint final vers l’entrée de la Manche. Yann Guichard et Pascal Bidégorry, les stratèges du bord y pensent depuis plusieurs jours et ont sans aucun doute déjà pris leur décision. En avant de la flotte, ils jouissent de ce privilège de ne se laisser dicter par personne la conduite à venir.

Une inconnue cependant ; la direction de course et l’organisation de course avaient prévu une arrivée à compter de vendredi, afin de coïncider avec le lancement des « Tonnerres de Brest ». La fulgurance des trimarans nouvelle génération va peut-être les contraindre de rallonger le parcours. C’est là aussi une des informations majeures attendues dans la journée.

Interview :

Léo Lucet est le directeur exécutif de Spindrift racing. Marin accompli, il est aussi une des clés de voute de l’équipage de Yann Guichard sur cette Krys Ocean Race. C’est d’une voix étonnamment claire et toujours aussi enthousiaste qu’il livre son sentiment depuis le bord et alors que se profile l’arrivée ;

« On est satisfait de ce qu’on fait. On est content de bien faire marcher le bateau, de le découvrir mille après mille et de constater qu’on ne fait pas trop de bêtises. Nos manoeuvres s’enchaînent bien et pour notre première expérience collective en course et au large, cela se passe formidablement bien. Nous n’avons rien cassé et avons pleine confiance dans la machine.

A bord, l’ambiance est… humide ! Je viens seulement et après 3 jours de me changer et d’enfiler des sous vêtements secs…

La grande satisfaction est aussi de bien jouer tactiquement. Yann (Guichard) et Pascal (Bidégorry) communiquent beaucoup, et nous allons véritablement là où nous voulons nous placer. Les éléments, pourtant difficiles, ne nous dictent pas notre route. On ne subit pas ! Nous gardons un œil dans le rétro car les deux MOD70 qui nous donnent la chasse sont redoutablement menés. Nous approchons de la première marque cruciale de la course. Le dernier quart de la route sera plus tactique. Cela cogite beaucouop à bord mais malgré la fatigue, nous sommes étonnamment sereins. Le plafond est bas ; tout est gris depuis le départ. L’atmosphère s’est refroidie. On a mis un peu de temps à discipliner notre mode de vie, surtout en ce qui concerne l’alimentation. Mais tout est rentré dans l’ordre à présent, sur une mer moins démontée… »